AUDC51 – Agence d'Urbanisme et de développement de l'agglomération et du Pays de Châlons en Champagne

Generic selectors
Concordance exacte uniquement
Recherche dans le titre
Recherche dans le contenu
Post Type Selectors

Les caractéristiques de la population Châlonnaise

La population

Une occupation humaine de proximité et tout en contraste

La ville principale est Châlons-en-Champagne. Elle concentre 44 753 habitants au 1er janvier 2017, soit près de la moitié de la population du Pays de Châlons-en-Champagne. A partir de la ville-centre, 10 mn de voiture suffisent pour rassembler près de 60 000 habitants (59 080 habitants en 2017), soit 60% de la population.

Le Pays de Châlons-en Champagne rassemble de nombreux villages dont la moitié a moins de 275 habitants et est parcouru par de grandes infrastructures autoroutières (A4 – A26). En 2017, les ¾ de la population du Pays de Châlons-en-Champagne accèdent en voiture à un échangeur autoroutier en 10-12 mn.

Le territoire châlonnais est tout en contraste. Les densités de population éclairent les disparités de peuplement. Globalement, le Pays de Châlons-en-Champagne se rattache aux espaces de la faible densité du Grand Est.
A une échelle plus grande, il se structure autour du pôle urbain de Châlons-en-Champagne et des communes en périphérie avec des densités de population de 500 hab/km², et s’étale sur un vaste territoire rural marqué par la très faible densité d’occupation humaine notamment, sur les marges sud et est du territoire (moins de 10 hab/km²).

L'âge des habitants

Une population toujours jeune mais qui tend à connaître les premiers signes de vieillissement

Par rapport à la région Grand Est, les 3 intercommunalités que composent le Pays de Châlons-en-Champagne (CA de Châlons-en-Champagne – CC de la Moivre à la Coole et CC de la Région de Suippes) affichent un indice de jeunesse supérieur à 1 en 2016 et témoignent donc de la prédominance d’une population jeune de moins de 20 ans par rapport à la population âgée de 60 ans et plus.

Châlons-en-Champagne est également une ville qui reste jeune par rapport aux communes limitrophes où réside une population plus âgée.

Cependant, sur un pas de temps d’observation de 10 ans, entre 2006 et 2016, les premiers signes de vieillissement de la population apparaissent. Le taux de dépendance des personnes âgées, c’est-à-dire le rapport entre le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus et le nombre de personnes en âge de travailler (15-64 ans) est plus élevé dans communes périurbaines proche de Châlons-en- Champagne et dans les communes rurales.

Les questions sociales et économiques liées au vieillissement de la population tant dans les communes périurbaines que rurales vont commencer à se faire sentir et pose de facto la problématique des déséquilibres démographiques sur le territoire.

Les ménages

Des ménages châlonnais toujours plus nombreux, toujours plus petits

Durablement inscrite en France depuis 1975, cette tendance démographique se confirme sur le territoire châlonnais. Le nombre de ménages augmente dans le Pays de Châlons-en-Champagne (+ 8 000 ménages depuis 1990). Dans un contexte de stagnation de la population, la hausse du nombre de ménages est essentiellement due à la réduction de leur taille : de 2,7 personnes en moyenne par ménage en 1990 pour se stabiliser à 2,2 personnes en moyenne par ménage en 2016.

En 2016, les ménages sont composés pour plus d’1/3 d’une seule personne (35%) sur le territoire du Pays de Châlons-en-Champagne et sont de plus en plus nombreux même en dehors du pôle urbain de Châlons-en-Champagne. En raison de l’augmentation du nombre de séparations, près de 1 enfant sur 4 vit avec un seul de ses parents (26%) et, cette proportion atteint plus d’1 enfant sur 3 (37%) à Châlons-en-Champagne en 2016.

L’augmentation du nombre de personnes seules et des familles monoparentales engendre mécaniquement une diminution du nombre de couples avec enfants.

Les ressources des ménages, les disparités sociales

Des disparités sociales de plus en plus importantes

Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unité de consommation. Le premier adulte vaut 1 unité de consommation puis 0,5 pour chaque adulte supplémentaire et 0,3 pour chaque enfant de moins de 14 ans.

A Châlons-en-Champagne, le revenu disponible médian par unité de consommation est de 1561 € / mois en 2017. 21% de la population vit sous le seuil de pauvreté c’est-à-dire avec moins de 937 € / mois (60% du niveau de vie médian) en 2017. Le taux de pauvreté est plus marqué parmi la population de jeunes adultes c’est-à-dire les moins de 30 ans (31%).

Le rapport urbain/rural laisse entrevoir des déséquilibres. Il est intéressant d’observer que les ménages des communes du coeur urbain (Châlons-en-Champagne et St-Memmie) ainsi que les petites villes de Mourmelon-le-Grand et Suippes et qui concentrent par ailleurs la majorité du parc de logements aidés perçoivent des revenus disponibles nettement plus faibles que ceux vivant sur des territoires ruraux.

Cependant, ce clivage est à nuancer : des disparités de revenus sont bien réelles entre les villages ruraux plus aisés tournés vers d’un côté, l’exploitation de grands domaines agricoles (agro-industrie) au sud de l’intercommunalité de Châlons-en-Champagne, et de l’autre côté, des villages aux populations plus modestes où prédomine une polyculture moins intensive, situées principalement au nord et à l’est du Pays de Châlons-en-Champagne.

 
Aller au contenu principal